Passation de charge au ministère de la santé : Alassane Séidou passe le témoin à Benjamin Hounkpatin

Après sa nomination au sein de la nouvelle équipe gouvernementale dirigée par le Président Patrice Talon, Benjamin Hounkpatin, est entré dans ses fonctions de ministre de la santé ce mardi 05 juin 2018.

Après 26 mois à la tête de ce ministère, Alassane Séidou passe donc le témoin à son successeur Benjamin Hounkpatin. Dans son allocution, Adolphe Houssou, le représentant du collectif du syndicat du secteur de la santé, a salué les efforts fournis par le ministre sortant Alassane Séidou. Il s’est ensuite réjoui de l’entrée d’un nouveau professionnel du domaine. S’adressant au ministre entrant, l’ampleur syndicaliste a souhaité une franche collaboration avec le nouveau ministre. A sa prise de parole, le ministre sortant Alassane Séidou, a passé en revue certaines actions menées durant ses 26 mois à la tête de ce département ministériel. Dans le domaine de la santé maternelle et infantile, il y a la lutte contre les maladies évitables par la vaccination qui se poursuit à travers le programme élargie de vaccination et les différentes stratégies de réduction de la mortalité infantile et infanto juvénile. En ce qui concerne les maladies épidémiques auxquelles fait face le Bénin tels que la fièvre hémorragique à virus Lassa, il a fait savoir que des actions sont menées pour la préparation et la riposte. Il y a aussi la création du centre des opérations d’urgence sanitaire, le vote et la promulgation de la loi contre le tabac et ses dérivés de même que la loi sur la sécurité nucléaire et radiologique. « Dans le secteur pharmaceutique et des médicaments, le Bénin a ratifié la convention médicrime, des opérations de saisie et de destruction des médicaments » a-t-il ajouté. A sa prise de parole, le Ministre entrant, Benjamin Hounkpatin, a salué le travail abattu par son prédécesseur. Il s’est dit conscient de la tâche qui est la sienne et que toutes les actions qu’il va poser à la tête de ce département ministériel seront pour le développement du secteur sanitaire. Il a pour finir invité ses collaborateurs à redoubler d’ardeur au travail. « En prenant connaissance de ma feuille de route et de mon cahier de cahier de charge, j’ai mesuré l’ampleur de la spécificité des tâches qui m’attendent. Notre pays est attendu en 2030 au rendez vous des objectifs de développement durable et nous nous devons d’être présents. Ceci doit nous amener à plus d’engagement dans les chantiers ouverts par le gouvernement, plus de responsabilités à divers niveaux de la pyramide sanitaire, avec un esprit de recevabilité et de gestion axées sur les résultats » a-t-il conclu. Il est à rappeler que le ministre de la santé sortant, Alassane Séidou, a également pris fonction au ministère des infrastructures et des transports en remplacement de Cyr Koty.

Ministry of Health launches family planning program

The Ministry of Health and Population, headed by Minister Ahmed Emad El-Din Rady, launched a new program on Thursday for family planning in Egypt in cooperation with USAID to respond to Egypt’s rapid population growth.

The program aims to improve citizens’ health behavior and support the quality of family planning services and reproductive health, Soaad Abdel Megid, head of the Population and Family Planning Sector, said.

She added that an electronic program will be established to register the beneficiaries of the program, implement a distance learning model, design a family planning and reproductive health curriculum in the medical and nursing schools, and involve the private and public sectors in providing the service.

USAID will provide technical assistance and training to the Ministry of Health and Population to strengthen its Family Planning and Reproductive Health Program. Activities will help increase demand for family planning services and enhance the quality of services, aiming to improve contraceptive use and reduce fertility over time. The 5-year, $19 million program will be implemented in nine governorates in Upper Egypt and areas of Cairo and Alexandria, the U.S. embassy in Cairo stated on Saturday.

Contraceptive prevalence on rise in MENA though at varying pace

In addition to being critical for the health of women and their families, family planning can accelerate a country’s progress towards reducing poverty and achieving development. It is even more pertinent in a politically unstable region with rapid population growth, which the Middle East and North Africa have been experiencing.

A growing number of women are using contraception as family planning services expand in the Arab region. Prevalence of contraceptive methods, however, differs between countries and not all of the need has been satisfied.

Contraceptive prevalence in Lebanon is among the highest in the region, calculated at 53.7% as of 2009, with its highest at 62.7% in 2000 and lowest at 53% in 1971, Index Mundi stated.

“There is a high demand for contraceptive pills and other means of birth control, such as condoms. In general, people are aware of contraceptive methods, especially in urban centres. Those who do not use any method usually plan to have children,” said pharmacist Samar Baltagy.

“My pharmacy is in a poor and popular area but the sales of contraceptives are very high. Women from all classes are using contraceptive means. Some years back, uneducated women from conservative background refrained from resorting to birth control means but today people are more aware of the need for family planning in general,” Baltagy said, adding that “at the starting cost of 3,000 Lebanese pounds ($2) a pack, contraceptive pills are accessible to all.”

Wide varieties of contraceptive resources are available in pharmacies in Lebanon and can be purchased over the counter without a prescription.

In a conservative society such as Jordan, the use of contraceptives is no longer looked at as a taboo but more of a way of life, said Ghadeer Hourani, a pharmacist with 11 years’ experience working at one of Jordan’s largest pharmacy chains.

“Ten years ago, people felt embarrassed to ask for a set of condoms or pills but today it is becoming more open and people can just pick any method they need and pay for it. The price range for contraceptive pills is $10-$15 and they can be found in any pharmacy across Jordan,” Hourani said.

Contraceptives’ prevalence in Jordan is influenced by religion, level of education and social background. The Sisterhood is Global Institute (SIGI), an independent, non-governmental organisation, established in 1998 by a group of Jordanian women, said approximately 62% of women in Jordan aged 15-49 use one of the various types of contraception.

In Egypt, contraceptives are mostly prevalent in big cities and almost totally disregarded in religious and conservative rural areas.

“Imams in the countryside preach against family planning, claiming it contradicts the Islamic religion. There is also the belief that some contraceptives cause cancer and destroy women’s fertility. This causes a lot of women to stay away from contraceptives,” said Soaad Abdel Meguid, the head of the Family Planning Section at the Egyptian Ministry of Health.

Nonetheless, the number of Egyptian women using contraceptives increased from 11.8 million in 2016 to 13 million in 2017. In 2016 and 2017, the government allocated $7.3 million and $14.1 million, respectively, to subsidise birth control pills that are available almost for free at the Health Ministry’s clinics and at a very low price in pharmacies.

“This encourages a lot of people to use them and reflects the government’s readiness to go to any length to curb the population growth,” said Deputy Health Minister Tariq Diab.

Egypt’s population is growing at a rate of 2% annually. It reached 104 million in 2017 and is projected to top 150 million by 2050.

In Tunisia, contraceptives are generally affordable and easily accessible. Women receive birth control, subsidised by the state at local hospitals, and condoms are available there for free.

A 2015 UN report stated that contraceptive prevalence in Tunisia was 64.4%, one of the highest rates in the region, while unmet need stood at 10.5%.

The country’s progressive outlook on reproductive rights goes back to modern Tunisia’s founding under President Habib Bourguiba, who introduced landmark reforms for women’s rights and reproductive health. Also crucial to this legacy was Tunisian doctor Tewhida ben Sheikh, one of the first female physicians in the Arab world and a strong advocate of access to contraception and abortion, which was legalised in 1973.

In March, the Tunisian Association of Free Pharmacists announced that all contraceptive pills were out of stock. The shortage, the association said, was due to the Central Pharmacy’s outstanding debts to foreign suppliers, some of whom threatened to cut off supply of vital medicines.

Birth control is largely rejected by the tribal and conservative Iraqi society, which shuns the idea of limiting childbirth. “It is very difficult to implement birth control policies that go against the mentality of the people, but we hope to be able to act on the issue in the longer term with the help of awareness campaigns,” said Ministry of Planning spokesman Abdul Zahra al-Hindawi.

“However, many modern couples are satisfied with two or three children, which is a good sign for the future.”

Contraceptive pills are available in most pharmacies across Iraq. Newly wed couples often seek to delay starting a family until they become more comfortable financially, said Uhud, a pharmacist who asked to be identified by her first name.

Conakry : les caravaniers du Partenariat de Ouagadougou rencontrent les parties prenantes de la PF

Après le Sénégal, la Guinée a reçu, du 12 au 17 avril 2018, la caravane des bailleurs de fonds du partenariat de Ouagadougou. Selon la porte parole des caravaniers, il était question au cours de cette visite d’échanger avec les parties prenantes sur les enjeux de la planification familiale en Guinée.

« Cette rencontre nous a permis de partager des expériences sur les thématiques relatives à l’offre et à la demande en matière de planification familiale, les progrès réalisés au niveau de la Guinée, et aussi enregistrer les défis que la mise en œuvre de la planification familiale ici en guinée », indique Dr Ado Aissa Bouwaye, chargée de la santé Maternelle à l’organisation Ouest Africaine pour la santé (OOAS).

Revenant sur les temps forts de cette visite des caravaniers du Partenariat de Ouagadougou, Dr Ado Aissa Bouwaye évoque la visite de courtoisie à la direction Nationale de la santé familiale, maternelle et nutrition, pour expliquer les objectifs de la visite et les résultats attendus. C’est là que l’agenda a été fixé pour effectuer la caravane sans difficulté. A cette occasion, la porte parole des caravaniers a expliqué au ministre de la santé les démarches faites au niveau de l’ambassade de France.

Selon elle, cette visite avait pour but de faire un plaidoyer auprès de l’ambassadeur de la France pour la planification familiale en Guinée, aussi faire un plaidoyer pour une coordination des activités afin de soutenir les autorités guinéennes dans leurs stratégie de recouvrement de la PF dans le pays.

La caravane a rencontré la société civile guinéenne qui, selon elle, est très engagée pour la planification familiale. « Cette rencontre avec la société civile nous a permis de suivre une présentation de la coalition Nationale de la société civile en PF et suite à cette présentation, des discutions fructueuses ont porté sur le rôle de la coalition des organisations de la société civile pour la PF et les difficultés qu’elle rencontre sur le terrain, et surtout sur les opportunités à saisir pour la participation dynamique de la société civile en Guinée pour l’atteinte des objectifs du partenariat de Ouagadougou pour la pf.

A l’issue de cette présentation, beaucoup de questions posées ont suscité des débats qui ont abouti à des recommandations fortes. Il s’agit entre autres de la nécessité de faire des OSC des acteurs majeurs dans la mise en œuvre du plan de repositionnement de la PF dans les 9 pays du PO, d’organiser les OSCs/PF en vue d’une synergie d’action, de renforcer les capacités des OSC, de réaliser un plaidoyer auprès du gouvernement pour rendre gratuits les contraceptifs pour les jeunes, d’organiser des activités de plaidoyer à l’endroit des autorités et des PTF en vue du respect et de la mise en ouvre de leurs engagements respectifs.

Pour Mme la Directrice Exécutive de l’Unité de coordination du Partenariat de Ouagadougou, Mme Fatoumata SY, la caravane des bailleurs du PO de cette année compte élargir les moments d’échanges avec les parties prenantes du PO. Selon, cette caravane offre un moment exceptionnel pour soutenir les pays dans leurs efforts de mise en œuvre des plans nationaux budgétisés, mais aussi de faire un plaidoyer auprès des autorités pour le respect des engagements.

« M. le ministre, nous sommes dans le Partenariat de Ouagadougou et nous sommes dans la 2ème phase de ce partenariat de Ouagadougou, et cette phase nous l’avons dénommé phase d’accélération, parce qu’à la première phase, qui était d’urgence d’agir, nous avions enregistré d’importants résultats et avions mis en place tout un dispositif qui devrait permettre au pays d’aller plus vite », indique-t-elle. Pour Mme Sy, cette phase d’accélération (2016 -2020), les 9 pays du partenariat de Ouagadougou se sont donnés comme ambitions de mettre 2 200 000 femmes additionnelles sous méthode moderne de contraception. Et chacun des pays, rappelle-elle, a défini quelle vas être sa contribution dans cet objectif. Pour la Guinée, révèle-elle, il est attendu 188 000 femmes additionnelles entre 2016 et 2020 à mettre sous méthode moderne de contraception. Et le défis pour le pays est de rattraper son retard d’ici la date indiquée afin d’atteindre l’objectif fixé grâce au plan national budgétisé qui sera bientôt lancé. Ceci lui permettra de prendre en compte les approches à haut impact recommandées par les ministres de la santé des 9 pays du Partenariat de Ouagadougou pour la phase d’accélération 2016 -2020.

En réponse, le ministre de la santé Dr Abdourahmane Diallo, a remercié les caravaniers au nom du chef de l’état et le chef du gouvernement pour leurs actes nobles. Il rappelle que la Guinée, à l’instar de tous les autres pays de la communauté internationale, a souscrit à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable à l’horizon 2030.

Pour ce faire, plusieurs interventions porteuses sont mises en œuvre actuellement en Guinée pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle, néo natale et infanto-juvénile parmi lesquelles, on peut citer: la mise en œuvre de la gratuité des soins obstétricaux dans tout le pays avec des mesures d’accompagnement telles que la dotation des structures sanitaires en kits d’accouchements et kits de césarienne ; la Prise en charge intégrée des maladies de l’enfance et du nouveau-né ; la prise en charge des soins obstétricaux et néonataux d’urgence ; la mise en œuvre des méthodes de planification familiale de longue durée d’action.

Il y aura aussi dans ce paquet, la prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant ; la vaccination, la consultation prénatale et la distribution gratuite des moustiquaires imprégnées ainsi que la prise en charge des cas du paludisme.

Selon le ministre de la santé, une amélioration significative entre l’Enquête Démographique Santé 2012 et la dernière Enquête MICS de 2016 avait été observé. Cependant les indicateurs de santé maternelle et infantile restent encore préoccupants et beaucoup d’efforts sont encore à déployer pour améliorer leur niveau.

En effet, explique-t-il, au niveau du ratio de mortalité maternelle on est passé de 724 à 550 décès pour 100 000 naissances vivantes, la mortalité néonatale de 38 à 20 pour 1000 ; naissances vivantes, la mortalité infantile de 67 à 44 pour 1000 naissances vivantes, la mortalité infanto juvénile de 123 à 88 pour 1000 naissances vivantes et, l’indice synthétique de fécondité de 5,7 à 4,8 enfants par femme.

C’est dans ce cadre, souligne Dr Diallo, que le Gouvernement guinéen s’est engagé dans le processus de repositionnement de la planification familiale qui est un outil important pour améliorer la santé des populations et réduire la pauvreté dira t-il.

Selon lui, depuis 2014 un plan stratégique national en Planification Familiale de première génération a été élaboré avec l’appui du Partenariat de Ouagadougou. La mise en œuvre de ce plan, a permis de passer à une prévalence contraceptive de 8 à 11% contrairement au 22% attendus en 2018 comme prévu dans le plan de 2014-2018.

« Je lance un appel solennel auprès des donateurs pour la revue du plan pour une prise en compte des ado-jeunes et des leaders religieux en vue d’accélérer l’atteinte du dividende démographique, ainsi que leur accompagnement dans la mise en œuvre dudit plan de repositionnement de la Planification Familiale comme stratégie de réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile et de la pauvreté », a conclu le Ministre de la santé.

Une caravane des bailleurs de fonds du Partenariat de Ouagadougou attendue en Guinée

Une caravane des principaux partenaires et bailleurs de fonds du Partenariat de Ouagadougou se rendra du 09 au 20 avril 2018 au Sénégal, en Guinée et en Mauritanie dans le but d’avoir de larges concertations sur les projets, les défis et les perspectives dans la mise en œuvre des diverses composantes des plans nationaux budgétisés pour la planification familiale.

Ladite caravane est composée des représentants de l’UNFPA, du Canada, de la Fondation Bill & Melinda Gates, de la Fondation William et Flora Hewlett, du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères de la France, de l’Agence Française de Développement, de l’USAID, du Royaume des Pays Bas, l’Organisation ouest-africaine de la Santé.

En visitant les trois pays ciblés cette année, les partenaires et bailleurs de fonds du Partenariat de Ouagadougou, échangeront aussi sur les activités en cours et les progrès réalisés par chaque pays au regard des recommandations de la réunion ministérielle de 2015 relatives à la phase d’accélération, du Sommet de Londres de juillet 2017 et de la récente réunion annuelle du partenariat de Ouagadougou (PO) de décembre 2017 à Conakry.

Ce groupe de partenaires et de bailleurs de fonds mettra également à profit leurs rencontres pour discuter avec les responsables des départements en charge de la santé, des femmes, de l’action sociale, de la jeunesse, de l’éducation, des finances/budgets ; échanger avec ces différents acteurs de leur implication respective dans la thématique «droits à la santé sexuelle et reproductive » ; et recueillir leurs suggestions sur les voies et moyens pour renforcer la mise en œuvre du PANB/PF du pays.

Un large éventail d’acteurs de la santé reproductive et de la planification familiale (SR/PF) dans les pays visités prendront part aux rencontres notamment les bailleurs présents dans le pays, les équipes techniques nationales et internationales, les organisations de la société civile, les jeunes ambassadeurs, les parlementaires et les maires pour apprécier les contributions des uns et des autres dans la mise en œuvre du PANB ; convenir des stratégies et priorités à entreprendre pour répondre au mieux aux besoins des populations et pour accélérer les interventions ; et renforcer les instances de coordination et de suivi des interventions.

Les partenaires et bailleurs de fonds du PO visiteront également des projets sur le terrain pour apprécier l’adéquation entre les politiques et les activités de mise en œuvre et évaluer la coordination ; faire le plaidoyer pour une plus grande prise en compte de la PF dans les stratégies et politiques multisectorielles des gouvernements ; la mobilisation de ressources internes pour la PF et davantage d’alignement des ressources disponibles sur les priorités définies dans les PANB et renforcer la collaboration entre acteurs pour refléter l’esprit et les principes du PO au niveau pays.

Mais les pays n’étant pas tous au même niveau, ces objectifs seront modulés en fonction de la situation de chacun des pays.

Cette caravane des bailleurs du Partenariat de Ouagadougou (PO) est la 4ème du genre. En 2015, les pays visités étaient le Sénégal, le Burkina Faso, le Mali et le Niger. En 2016, la caravane s’était rendue en Côte d’Ivoire, en Guinée et au Togo. Le Niger, le Burkina Faso et le Bénin avaient accueilli la caravane, en 2017. Cette démarche du Partenariat de Ouagadougou répond strictement à la demande des pays d’élargir, au-delà de la Réunion Annuelle, les moments d’échanges entre les parties prenantes du Partenariat de Ouagadougou.

Migrating males and population decline

Sita Yonjan, 21, has a two-year-old daughter, and recently stopped using contraceptives even though she is not planning to have another child. She says she doesn’t need her birth control implant anymore because her husband went away to work in Qatar two months ago.

Yonjan visited a health post in Rayale village of Kavre to remove the birth control implant that she had inserted last year. The tiny device prevents births for five years, and does not need to be removed even when users abstain from intercourse. But many Nepali men want their wives to stop using contraceptives when they leave for overseas work.

“My husband thinks I could sleep with anyone if I use contraceptives in his absence,” Yonjan frankly admits.

Like Yonjan, those using IUDs and implants remove them as soon as their husbands go away again.

Demographers say this explains the riddle about why Nepal’s fertility rate has been going down despite contraceptive prevalence rate remaining low.

When Nepal conducted its first-ever nationwide health survey in 1996, only 26% women were using modern contraceptives. Within ten years, it had nearly doubled to 44%, but has leveled off since. The contraceptive prevalence rate actually declined to 43% in 2016, when the last National Demographic Health Survey (NDHS) was conducted. Even so, the fertility rate that measures the average number of children per couple has been going down — from 4.6 in 1996 to 3.1 in 2006 and 2.3 in 2016 (see graphs, overleaf).

Demographers were initially puzzled by the drop in the fertility rate despite contraceptive use rate flatlining. But an analysis in 2013 suggested a correlation between male outmigration and contraceptive use. Another analysis is now underway, which will probably confirm the impact out-migration of men may be having on contraceptive use and fertility rate.

“If we consider only women who are married and living with husbands, we find a high contraceptive prevalence rate,” explains Sharad Pathak, a demographer at the government’s Family Health Division. “This rate is low only because lots of women generally do not need contraceptives when their husbands are away.”

However, experts warn that Nepal’s declining fertility rate may not mean that population growth will reach replacement level — one in every four married women still have an unmet need for family planning. A third of young married women aged 15-19 do not use contraceptives, making them more vulnerable to unintended pregnancies and unsafe abortion.

Kristine Blokhus at the UN Population Fund (UNFPA) says Nepali women are aware of the benefits of having fewer babies, but face barriers in accessing contraceptives: “Health facilities often run out of contraceptive stocks, and there are not enough trained health workers to provide long-term contraceptives like implants and IUD.”

A 2016 UNFPA assessment showed most health posts provide only condoms, pills and injectables because of the lack of trained staff. Only one third of the facilities provide all five types of modern contraceptives including implants and IUDS. In most villages, women have to choose between oral pills or Depo-Provera, which they cannot use if there are side effects. Male or female sterilisation is available occasionally, and most women complain their husbands do not want to use condoms.

With rising female literacy, the number of women opting for traditional family planning like withdrawal and the rhythm method instead of modern contraceptives is also going up. In 1996, only 3% of married women used such natural methods, now it is 10%. However, the NDHS 2016 showed that 62% women using the rhythm method to avoid pregnancy did not have an accurate knowledge about the ovulation cycle.

Nepal’s target is to increase its contraceptive prevalence rate to 52% by 2020, but it may not meet that goal because of male migration, the preference for natural methods, and family planning programs being scaled back due to a drop in U.S. funding after the gag rule under President Trump. The United States has traditionally been the main supporter of family planning projects in Nepal, through organisations like Marie Stopes International that provide abortion services.

Beth Schlachter, Director of Family Planning 2020, who recently visited Kathmandu to take stock of Nepal’s progress, says: “The US gag rule might affect Nepal’s family planning programs if organisations delivering safe abortion services here do not find other resources to supply contraceptives.”

Since Nepal is poised to become an ‘aging’ society by 2030 and an ‘aged one’ by 2050, there is an even greater need to scale up family planning. For the country to reduce its dependency ratio and reap the demographic dividend, many more women must have easier access to a much wider range of contraceptives.

The mix matters

When Nepal launched its first population control campaign in the late 1960s, its population was only 13 million, it was growing at 3% per year because the fertility rate was nearly 6 children per couple. The only contraceptive choice women had then was to get their partners to use condoms. Most men did not like using them, and women did not have any control over reproductive health. The pill could have given women freedom to limit or space births, but they were scared of its side effects.

Later, injectables like Depo-Provera and IUDs were introduced and today the government provides five types of contraceptives for free, and conducts health camps offering permanent family planning methods like male as well female sterilisation. But many other contraceptives like emergency pills and female condoms are available only in private clinics, and most rural women cannot use them even if they want to.

Beth Schlachter, Director of Family Planning 2020, says Nepal needs to provide a much wider mix of contraceptives in order to protect women from unintended pregnancies, unsafe abortions and maternal deaths: “What a 15-year-old girl needs might be different from what a 24-year-old mother of two children needs,” she says. “If we try to address all of them with just one or two methods, we will not be very successful.”

Marie Stopes International is preparing a pilot program to test the acceptability of a new type of Depo-Provera called Sayana Press which can be injected at home and would suit women who do not like to visit health posts every three months for their Depo-Provera.

Young Family Planning Champions Selected to Help Guide FP2020 Partnership

Cliquez pour lire en français

Youth representatives from Asia and Africa will hold the partnership accountable to fulfilling its promises to the largest generation of young people in history

[MARCH 1, 2018, WASHINGTON, DC] Today, two outstanding young people join Family Planning 2020’s (FP2020) Reference Group—made up of global leaders devoted to reaching women and girls with lifesaving modern contraception—to serve as a critical link between FP2020 and the youth networks working on behalf of their peers around the world. They were chosen from more than 250 of people under 30 worldwide who applied for the two positions.

Manasa_crop_bwManasa Priya Vasudevan of India is a program manager for the New Delhi-based YP Foundation, a youth-run and youth-led organization that supports and fosters young leaders working to advance the rights of young women and girls. She focuses on programming that moves the needle on sexual and reproductive health and rights for young people, and delivers comprehensive sexuality education to marginalized youth.

“In my own personal and professional experience, I have noticed that growing up, young people—especially adolescent girls and unmarried young women—have limited access to the services they need to survive and to thrive,” explained Vasudevan. “This is not acceptable—and I look forward to joining and contributing to this group of leaders dedicated to righting that wrong.”

Mbencho Andrew MillanMbencho Andrew Millan of Cameroon joins the Reference Group with years of experience as dynamic advocate for heath and family planning in his community and on the global stage. He is the founder and Executive Director of Youth Health International, an organization that works with young people and policymakers to remove barriers to accessing quality healthcare for young people. He was named one of 2017’s 120 Under 40, which celebrates the next generation of family planning leaders.

“I strongly believe that whoever you are, wherever you live, all the decisions you make about your own body should be yours,” said Millian. “As a member of the Reference Group and as a young advocate for family planning, I will use my voice to help our generation achieve that right.”

Both young people embody a deep and abiding passion for bringing quality, rights-based sexual and reproductive health services to their friends, family, peers, and community. Together, Manasa and Andrew will fill the Youth Seat that Margaret Bolaji of Nigeria held since early 2016. Margaret’s leadership helped build a link between FP2020 and youth networks in the family planning community—a critical mandate she passes on to her successors.

“We cannot leave young people out of the conversation on family planning,” said Beth Schlachter, Executive Director of FP2020. “I have no doubt that Manasa and Andrew will build on Margaret’s legacy of tenacity and ferocious advocacy on behalf of young people—it is our responsibility to include them, to listen, and to act on what they say.”

Working with young people to expand access to rights-based family planning is a pillar of FP2020’s vision and values. The past twelve months have seen several milestones for engagement and partnership with youth as the community looks to 2020 and beyond. Nearly every country commitment at the landmark Family Planning Summit in July 2017 included a focus on meeting the needs of adolescents and youth. At the same time, the family planning community launched several “Global Goods” that hone in on critical gaps for meeting the needs of young people. This year, FP2020 welcomed the first-ever commitments from five youth-led organizations, expanding and deepening the role of young people in the partnership.  

“We are delighted and honored to welcome Manasa and Andrew to the Reference Group,” said Dr. Natalia Kanem, Executive Director of the United Nations Population Fund and co-chair of the FP2020 Reference Group.

Fellow Reference group co-chair Dr. Chris Elias, President of Global Development at the Bill and Melinda Gates Foundation, added: “Manasa and Andrew are already champions for family planning in their home countries. We look forward to their guidance and ideas as FP2020 strives for deeper, stronger ties between the global family planning community and the young people who will lead that community in just a few years’ time.”

Vasudevan and Millan will join their first in-person Reference Group meeting with the full cohort of FP2020 leadership in July 2018.

##

Deux jeunes champions de la planification familiale choisis pour contribuer à définir l’orientation du Partenariat FP2020

Click to read in English

Désignés pour représenter la jeunesse, les deux candidats issus d’Asie et d’Afrique veilleront à ce que le partenariat tienne ses promesses en faveur de la génération de jeunes la plus importante de l’histoire

[LE 1 MARS 2018, WASHINGTON, DC] Aujourd’hui, deux jeunes remarquables viennent grossir les rangs du Groupe de référence de Family Planning 2020 (FP2020) — composé de chefs de file mondiaux œuvrant en faveur de l’accès des femmes et des filles à des méthodes de contraception modernes et vitales ; ils feront fonction de lien essentiel entre FP2020 et les réseaux de jeunes travaillant au nom de leurs pairs à travers le monde. Leur profil a été retenu parmi plus de 250 candidats de moins de 30 ans issus des quatre coins du globe, qui briguaient eux aussi l’un de ces deux postes.

Manasa_crop_bwManasa Priya Vasudevan (Inde) est chargée de programmes pour la YP Foundation à New Delhi, une organisation dirigée par des jeunes qui soutient et encourage les initiatives de jeunes chefs de file visant à faire progresser les droits des jeunes femmes et des filles. Les programmes dont elle a la responsabilité mettent l’accent sur la santé sexuelle et reproductive et sur les droits des jeunes, et proposent une éducation complète à la sexualité au profit des jeunes marginalisés.

« A travers mon expérience personnelle et professionnelle, j’ai remarqué qu’en grandissant, les jeunes — notamment les adolescentes et les jeunes femmes non mariées — n’accèdent que de façon limitée aux services dont elles ont besoin pour survivre et s’épanouir, » a expliqué Manasa. « C’est tout bonnement inacceptable — et j’ai hâte de rejoindre et de contribuer à ce groupe dont l’action est vouée à redresser ce tort. »

Mbencho Andrew MillanMbencho Andrew Millan (Cameroun) rejoint lui aussi le Groupe de référence auquel il apportera ses années d’expérience en tant que militant actif pour la santé et la planification familiale au sein de sa communauté et sur la scène mondiale. Il est le fondateur et directeur exécutif de l’organisation Youth Health International, qui œuvre main dans la main avec les jeunes et les décideurs politiques en vue d’éliminer les obstacles entravant l’accès à des services de santé de qualité. En 2017, il a été nommé parmi les chefs de file élus au titre de l’initiative 120 Under 40, qui consacre la prochaine génération de leaders de la planification familiale.

« Je crois fermement que qui que vous soyez, où que vous viviez, vous devez être seul maître de toutes les décisions concernant votre propre corps, » a déclaré Andrew. « En tant que membre du Groupe de référence et jeune militant en faveur de la planification familiale, je vais utiliser ma voix pour aider notre génération à concrétiser ce droit. »

Profondément passionnés, ces deux jeunes gens ont pour ambition l’accès à des services de santé sexuelle et reproductive de qualité, fondés sur les droits, dont pourront profiter leurs amis, les membres de leur famille, leurs pairs et toute la collectivité. Ensemble, Manasa et Andrew occuperont le siège des Jeunes détenu par Margaret Bolaji (Nigeria) depuis début 2016. À travers son leadership, Margaret a contribué à l’établissement d’un lien entre FP2020 et des réseaux de jeunes au sein de la communauté de la planification familiale — un mandat crucial qu’elle transmet à ses successeurs.

« Nous ne pouvons pas laisser les jeunes à l’écart des discussions menées autour de la planification familiale, » a déclaré Beth Schlachter, Directrice exécutive de FP2020. « Je suis convaincue que Manasa et Andrew sauront s’appuyer sur l’héritage de Margaret en termes de ténacité et de plaidoyer acharné en faveur des jeunes — il est de notre responsabilité de les intégrer, de les écouter et de traduire leurs paroles en actes. »

La coopération avec les jeunes en vue d’élargir l’accès à la planification familiale fondée sur les droits est un pilier de la vision et des valeurs de FP2020. Depuis un an, nous avons pu assister à plusieurs réalisations importantes en matière de collaboration et de partenariat avec les jeunes, alors que la communauté a les yeux tournés vers 2020 et au-delà. La quasi-totalité des engagements pris par les pays à l’occasion de l’historique Sommet de la planification familiale tenu en juillet 2017 comportaient un objectif de satisfaction des besoins des adolescents et des jeunes. Le sommet était aussi l’occasion pour la communauté de la planification familiale d’annoncer plusieurs initiatives « Global Goods », centrées sur les besoins essentiels non couverts des jeunes. Cette année, FP2020 s’est félicitée des tous premiers engagements pris par cinq organisations dirigées par des jeunes, étoffant encore davantage le rôle des jeunes au sein du partenariat. 

« Nous sommes ravis et honorés d’accueillir Manasa et Andrew au sein du Groupe de référence, » a déclaré le Dr Natalia Kanem, Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population et co-présidente du Groupe de référence de FP2020.

Le Dr Chris Elias, Président du Programme de développement mondial de la Fondation Bill et Melinda Gates et co-président du Groupe de référence a ajouté « Manasa et Andrew sont déjà des champions de la planification familiale dans leur pays. Nous attendons avec intérêt les orientations et les idées qu’ils auront à proposer dans le cadre des efforts que FP2020 déploie afin d’approfondir et de renforcer les liens entre la communauté mondiale de la planification familiale et les jeunes qui seront à la tête de cette communauté d’ici quelques années. »

Vasudevan et Millan assisteront à leur première réunion du Groupe de référence en personne en juillet 2018, aux côtés de l’ensemble des dirigeants de FP2020.

##

 

Make long-acting contraceptives available to Rohingya women: FP 2020 chief to Bangladesh

The executive director of the FP 2020, Beth Schlachter, has called upon the Bangladesh government to make all family planning methods available to the Rohingya women so that they can choose.

The government is now providing short-acting methods such as condoms, pills and injectables. The long-acting reversible contraceptives include injections, intrauterine devices (IUDs) and subdermal contraceptive implants that provide effective contraception for a certain period until removal.

“I encouraged the government to open up the longer-acting methods,” Schlachter told bdnews24.com in an interview on Monday after her meeting with the government officials in Dhaka.

She said these women deserve the same kind of choice that any women anywhere in the world should have.

But she said the removal of those methods must be included in their return talks to Myanmar so that they can remove when they want.

“We need to make sure that if Rohingya women return, the removal services would be available where they move to,” she said, adding that family planning is entirely voluntary and rights-based approach.

She appreciated the government’s efforts to help the Rohingya people from giving shelter to ensuring basic needs and said many of the women heard about family planning services first from Bangladesh.

FP 2020 or Family Planning 2020 is a global community of partners working together to advance rights-based family planning.

Just another WordPress site